Mercredi 31 mars 3 31 /03 /Mars 21:22
2e régiment étranger de parachutistes
Insigne2REP.jpg

Insigne régimentaire

Période 9 novembre 1948
Pays France France
Branche Légion étrangère
Type régiment d'infanterie parachutiste
Taille 1 190 personnes
Fait partie de 11e brigade parachutiste
Garnison Calvi (Corse)
Couleurs vert et rouge
Devise More Majorum
(À la manière des anciens)
Marche La Légion marche
Inscriptions sur l’emblème CAMERONE 1863
INDOCHINE 1948-1954
AFN 1952-1962
Anniversaire Camerone (30 avril)
Saint-Michel (29 septembre)
Saint-Antoine (17 janvier)
Fourragères Légion d'honneur
Décorations Croix de guerre des TOE sept palmes
 
 
 
 
 
 
 

Le 2e régiment étranger de parachutistes (2e REP), seul régiment parachutiste de la Légion étrangère encore en activité, est l'un des quatre régiments d'infanterie de la 11e brigade parachutiste.

Il est stationné au camp Raffalli à Calvi depuis son arrivée de Bou-Sfer (Algérie) en juin 1967.

Régiment parachutiste, il est néanmoins équipé de VAB (Véhicules de l'Avant Blindé). Il est le seul régiment de la brigade à former lui-même son personnel aux techniques parachutistes grâce à son centre d'entraînement au saut.

C'est le régiment qui s'illustra à Kolwezi (Zaire) lors de l'opération Bonite en 1978. En 1997, il fut engagé au Congo-Brazzaville lors de l'opération Pélican. Plus récemment, en 2002-2003, à l'occasion du début de l'opération Licorne, le régiment est engagé en Côte d'Ivoire.

 

Bienvenue

Bienvenue sur le site officiel du 2ème Régiment étranger de parachutistes.

Seul régiment parachutiste de la Légion étrangère et l’un des quatre régiments d’infanterie de la 11ème brigade parachutiste, le 2ème régiment étranger de parachutiste a élu garnison en Corse, à Calvi. De cette triple appartenance, le 2ème REP a su mettre à profit un triple particularisme dont il a tiré sa force et son caractère unique. De la Légion étrangère, il bénéficie de la richesse de son recrutement et de son instruction initiale. Au quotidien ou en mission, c’est l’esprit de corps et le culte de la mission qui guide le comportement de tout un chacun, comme dans toute unité de Légion.

 

 

 

 

 

 

 

Chant de Marche du 2ème REP 

 

La Légion Marche

I

La Légion marche vers le front,
En chantant nous suivons,
Héritiers de ses traditions,
Nous sommes avec elle.

refrain

Nous sommes les hommes des troupes d'assaut,
Soldats de la vieille Légion,
Demain brandissant nos drapeaux,
En vainqueurs nous défilerons,
Nous n'avons pas seulement des armes,
Mais le diable marche avec nous,
Ha, ha, ha, ha, ha, ha, ha, car nos aînés de la Légion,
Se battant là-bas, nous emboîtons le pas.

II

Pour ce destin de chevalier,
Honneur, Fidélité,
Nous sommes fiers d'appartenir
Au 2ème R.E.P.

refrain



Télécharger et écouter

  
Clip 2°REP

Les dernières vidéos ajoutés

     

INSTRUCTION JUNGLE...

AU CŒUR DE L’ARMEE DE PAPOUASIE NOUVELLE
 
Dans le cadre de sa mission de courte durée en Nouvelle-Calédonie, la 1ère compagnie du 2ème Régiment étranger de parachutistes a détaché une section en Papouasie Nouvelle-Guinée au sein du Goldie River Training depot afin d'y effectuer un stage de pistage et de survie en jungle.

 


Le « warrior wing » : une école de la jungle résolument tournée vers l'opérationnel.

 
Après un trajet de 7 heures effectué en CASA, la section est arrivée à Port Moresby, la capitale du pays. Le Goldie River Training Depot, situé à une trentaine de kilomètres au nord de Port Moresby, a pour mission d'instruire et d'entraîner les unités d'infanterie et de génie de l'armée de Papouasie Nouvelle-Guinée. Il abrite également une unité de reconnaissance et de recherche dans la profondeur. Au sein même du camp, le Warrior wing a pour mission de conduire des stages dans des domaines aussi divers que le pistage en jungle, les techniques de reconnaissance, la survie, le secourisme de combat et le pilotage d'embarcations légères en milieu lagunaire. Le centre organise également des missions profondes avec des auxiliaires sanitaires pour apporter des soins médicaux aux tribus les plus reculées du pays.

 Une instruction alliant sens pratique et drill à l'anglaise.

L'influence anglo-saxonne est très marquée et c'est donc en anglais, et conformément aux procédures et règlementations élaborées par l'armée Australienne, que les légionnaires ont suivi les cours et effectué les phases de drill relatifs au pistage de l'ennemi en jungle : apprentissages des formations à adopter dans le cadre d'une mission de reconnaissance et de pistage en fonction de « l'âge » des traces laissées par l'ennemi, conduites à tenir pour retrouver une trace perdue, points particuliers du terrain a observer pour déterminer s'il y a eu passage de l'ennemi, etc.. Une phase de restitution de 5 heures, contrôlée par un instructeur, a clôturé l'ensemble. S'en est suivi l'apprentissage des différentes méthodes de collecte d'eau de pluie, ainsi que des cours sur les types d'abris que l'on peut construire en ayant recours uniquement aux matériaux offerts par la forêt (lianes, feuilles de bananier, ...) Des techniques simples permettant de se nourrir de façon raisonnable pendant plusieurs jours ont été éprouvées par les légionnaires au cours de la synthèse « survie » : cuisson de bananes et mise en œuvre de piéges pour animaux.

C'est donc après une semaine intense et riche en enseignements que les légionnaires ont regagné la grande terre, la tête pleine de souvenirs mais aussi de petits « trucs » pouvant rendre la vie en forêt plus facile.

AU CŒUR DE L’ARMEE DE PAPOUASIE NOUVELLE - Dans le cadre de sa mission de courte durée en Nouvelle-Calédonie, la 1ère compagnie du 2ème Régiment étranger de parachutistes a détaché une section en Papouasie Nouvelle-Guinée ...

 

SAUT ET REMISE DES BREVETS DE PARACHUTISTE

 

 

 

 

 

 

 

Création et différentes dénominations

  • 1er octobre 1948 : création à Sétif du 2e bataillon étranger de parachutistes (2e BEP),
  • 1er juin 1954, anéanti à Dien Bien Phu, le bataillon est recréé sous le même nom à partir de sa base arrière et du 3e BEP.
  • 1er décembre 1955, le 2e BEP devient 2e REP, son nom actuel. Il est ainsi l'héritier du 2e BEP, mais incorpore aussi des éléments du 3e REP, dissous en 1955.

Historique des garnisons, campagnes et batailles [modifier]

1948-1955 le 2e BEP en Indochine [modifier]

Éléments de la 2e compagnie sous l'aile d'un avion

Le 2e BEP est créé officiellement en Algérie à Sétif le 1er octobre 1948. Il comporte à l'origine une CCB et trois compagnies de combat.

Le bataillon embarque à Mers el-Kébir le 13 janvier 1949 à bord du Maréchal Joffre, destination l'Indochine, et débarque à Saigon le 9 février.

Sous l'impulsion du général de Lattre de Tassigny, nouveau commandant civil et militaire de l'Indochine, la 3e compagnie de combat est remplacée début 1951 par la 2e CIPLE (compagnie indochinoise parachutiste de la Légion étrangère) constituée principalement de Vietnamiens. En juin une quatrième compagnie sera constituée (compagnie de marche).

Le bataillon, qui interviendra principalement au Tonkin et au nord Annam, se distinguera particulièrement lors de la bataille de Nghia Lo en octobre 1951. Il perdra son chef de corps, le chef d’escadrons Rémy Raffalli le 10 septembre 1952 et sera anéanti lors de la bataille de Điện Biên Phủ (12 avril au 7 mai 1954).

Le 2e BEP est reconstitué le 1er juin 1954 avec les effectif du 3e BEP en provenance d’Algérie.

Le 2e BEP embarque sur le Pasteur à Saigon le 1er novembre 1955.

1954-1962 Guerre d'Algérie [modifier]

1962-1967 la transition [modifier]

À compter de 1962 et de la signature des accords d'Évian, l'armée française quitte progressivement l'Algérie pour être rapatriée en garnison en France métropolitaine. La Légion étrangère n'y échappe pas et ses unités commencent, pour la première fois de leur histoire à tenir garnison en métropole.

Pour le 2e REP, ce déménagement se fera progressivement entre 1965 et 1967. Depuis sa nouvelle garnison de Bou-Sfer, dernière base française sur le territoire algérien, le régiment va envoyer des unités préparer le nouveau quartier, situé à Calvi, en Corse. Ce quartier est l'ancienne base du 1er bataillon de Choc de la 11e demi-brigade parachutiste de choc, dissoute en 1963.

Le déménagement complet du régiment sera effectif en 1967.

Cette période, première période de paix dans l'histoire du régiment après 14 ans d'existence, est synonyme d'un grand désœuvrement et d'une baisse de moral significative des légionnaires. Ceux-ci, forts de leurs victoires militaires en Indochine et sur le territoire nord-africain, doivent faire face à des décisions politiques qu'ils ont du mal à comprendre. Par ailleurs, la dissolution de leur "régiment frère", le 1erREP, à l'issue du putsch des Généraux, laisse place à un grand désarroi.

En outre, le régiment, cantonné, dans un camp, dont il n'a pas le droit de sortir, encerclé de toutes parts par l'armée algérienne contre laquelle il venait de mener 8 années de guerre, ne mène plus d'activités opérationnelles. L'entraînement et la routine minent l'esprit des légionnaires.

C'est à cette époque, sous l'impulsion du colonel Caillaud, que les compagnies commencent à se spécialiser dans un combat particulier : combat anti-chars pour la 1re, montagne pour la 2e, amphibie pour la 3e et destruction pour la 4e.

1967-1978

Mortier en action
Le radio à la jeep

Depuis 1978

Traditions [modifier]

Devise [modifier]

  • More majorum (A la manière des anciens)

Insignes [modifier]

Drapeau [modifier]

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes


2e régiment étranger de parachutistes-drapeau.svg

Chant

Décorations

Sa cravate est décorée:

Chefs de corps [modifier]

2e BEP[5]

Capitaine Solnon 1948-1950
Capitaine Dussert 1950
Chef d'escadrons Raffalli 1950-1952
Chef de bataillon Bloch 1952-1953
Chef de bataillon Merglen 1953
Chef de bataillon Liesenfelt 1953-1954
Capitaine Vial 1954
Chef de bataillon Masselot 1954-1955

2e REP

Lieutenant-colonel Devismes 1955-1958
Chef de bataillon Masselot 1958
Colonel Lefort 1958-1960
Lieutenant-colonel Darmuzai 1960 - 1961
Lieutenant-colonel Chenel 1961 - 1963
Lieutenant-colonel Caillaud 1963 - 1965
Lieutenant-colonel Arnaud de Foïard 1965 - 1967
Lieutenant-colonel Lacaze 1967 - 1970
Lieutenant-colonel Dupoux 1970 - 1972
Lieutenant-colonel Goupil 1972 - 1974
Lieutenant-colonel Brette 1974 - 1976
Colonel Erulin 1976 - 1978
Lieutenant-colonel Roué 1978 - 1980
Colonel Guignon 1980 - 1982
Lieutenant-colonel Janvier 1982 - 1984
Colonel Germanos 1984 - 1986
Colonel Wabinski 1986 - 1988
Colonel Coevoet 1988 - 1990
Colonel Gausserès 1990 - 1992
Colonel Poulet 1992 - 1994
Colonel Dary 1994 - 1996
Colonel Puga 1996 - 1998
Lieutenant-colonel Prevost 1998 - 2000
Colonel Bouquin 2000 - 2002
Colonel Maurin 2002 - 2004
Colonel Paulet 2004 - 2006
Colonel Houdet 2006 - 2008
Colonel Bellot des Minières 2008 - 2010

Faits d'armes faisant particulièrement honneur au régiment

Personnalités ayant servi au sein du régiment

Sergent Rodolphe Penon


" Parce que tant que nous aurons des femmes et des hommes pour qui le service de la France justifiera d'avance tous les sacrifices, tant que nous aurons des femmes et des hommes qui iront jusqu'à y consentir, si nécessaire, le don de leur propre vie, la Nation vivra, le pays ne mourra pas." N.Sarkozy.

Organisation actuelle

Le 2e régiment étranger de parachutistes compte cinq compagnies de combat, trois compagnies de soutien et une compagnie d'intervention de réserve pour environ 1 200 hommes.

  • La CCL ou compagnie de commandement et de logistique, regroupe tous les services opérationnels, nécessaire au commandement du régiment en projection (transmissions, bureau opérations instruction, service médical, section transport, maintenance, etc.). Elle a en outre pour mission de former les jeunes légionnaires issus de l'instruction en vue de l'obtention du brevet parachutiste militaire (BPM).
  • La CAS ou compagnie d'administration et de soutien. Elle regroupe tous les services chargés du suivi administratif du régiment (direction des ressources humaines, direction administrative et financière, Bureau environnement social et humain, section infrastructure, cercle mess, etc.). Elle gère traditionnellement la "base arrière" du régiment (aux ordres du commandant en second) si le chef de corps est appelé à être projeté, avec quelques compagnies, comme GTIA (groupement tactique inter armes).
  • La 1recompagnie : à l'origine spécialisée dans le combat de nuit, la 1re compagnie est aujourd'hui spécialisée dans le combat en localités, en zones urbaines et dans le contrôle de foules.
  • La 2ecompagnie : spécialisée dans le combat en montagne. Les cadres sont formés au sein de l'EMHM (Ecole militaire de Haute Montagne) à Chamonix.
  • La 3ecompagnie : spécialisée dans le combat amphibie et plus particulièrement la saisie de tête de pont. Certains personnels sont formés comme plongeurs de l'Armée de Terre. Cette compagnie s'appuie sur son centre amphibie pour perfectionner son entraînement.
  • La 4ecompagnie : regroupant les tireurs d'élites et spécialistes en explosifs du régiment, cette compagnie est spécialisée dans le combat de rupture sur les arrières de l'ennemi.
  • La CEA ou compagnie d'éclairage et d'appuis. Elle regroupe en son sein les appuis du régiment, directement aux ordres du chef de corps. Elle est constituée d'une section de reconnaissance régimentaire (SRR), d'une section antichars (SAC, équipée de missiles Milan), d'une section de tireurs d'élites (STE, équipée de fusils PGM en calibre 12,7 mm) et de la section des commandos parachutistes appartenant au Groupement des commandos parachutistes (GCP).
  • La 5e compagnie ou compagnie de maintenance. Dernière née des compagnies d'active, en 1994, elle assure le soutien des matériels du régiment et de tous les organismes militaires stationnés en Corse. Elle est armée, dans certaines spécialités de maintenance, par du personnel de l'Armée de Terre appartenant au régime général.
  • La 6ecompagnie d'intervention de réserve. Héritière des traditions du 173e régiment d'infanterie (régiment stationné en Corse), elle permet, entre autres, d'armer des patrouilles de surveillance des feux de forêts en Corse lors du déclenchement des alertes Héphaïstos. La 6e compagnie est également capable de remplir des missions intérieures ou autres.

Toutes les compagnies de combat sont constituées d'une section commandement, d'une section appuis (mortiers de 81 mm LLR et missiles anti-chars Milan) et de 3 sections de combat.

Le 2e REP dispose du chalet du Vergio, au pied du Monte Cinto, pour ses entraînements en montagne, d'un centre nautique en baie de Calvi ainsi que d'un village de combat en localité situé au camp Frasselli, sur la commune de Bonifacio, dans le sud de la Corse.

Galerie photos

 

  • Légion étrangère
  • Emblème de la légion : fanion et grenades.
  • La Légion étrangère est un corps d'armée de l'armée de terre française formé en 1831 pour contourner l'interdiction d'intégrer des étrangers dans l'armée française[1
  • ].
  • Commandement de la Légion étrangère
  • Le Général commandant de la Légion étrangère, surnommé le Père Légion, est directement subordonné au chef d'état-major de l'armée de Terre (CEMAT) français. Il est le conseiller technique pour l'ensemble des questions spécifiques à la Légion (recrutement, traditions, emploi, formation, sécurité).

    Il ne commande, pour emploi, que le 1erRE, le 4eRE et le GRLE, les autres formations étant subordonnées à leurs brigades d'appartenance ou à leurs commandements territoriaux. En revanche, ses prérogatives s'étendent aux domaines suivants :

    • gestion des effectifs et administration des personnels
    • formation et instruction
    • protection et sécurité du personnel servant à titre étranger
    • moral, patrimoine et traditions
    • action sociale

    Le commandement de la Légion étrangère est stationné au quartier Vienot à Aubagne, dans l'enceinte du 1er Régiment étranger

 

  • 1er régiment étranger
  • Le 1er régiment étranger (1er RE) est le plus ancien des régiments de la Légion étrangère.

    Il est stationné au Quartier Viénot à Aubagne depuis 1962, date de son arrivée de Sidi-bel-Abbès.

    Créé en 1831, il est le doyen des régiments de la Légion. Au-delà de cet aspect historique, le 1er RE représente l'étape majeure dans le parcours du légionnaire. Il y débute sa carrière, au Centre de sélection et d'incorporation (CSI), et y accomplit ses formalités de départ.

    Mais si aujourd'hui, c'est un régiment à vocation essentiellement administrative, il n'en a pas toujours été ainsi.

  • 4e régiment étranger
  • Le 4e régiment étranger (4e RE) est le creuset de la Légion étrangère. Il est stationné à Castelnaudary depuis 1976, date de son arrivée de Corse. Il n'est pas projetable en opération.

    C'est le régiment de formation de la Légion étrangère. C'est là que sont formés les engagés volontaires, au cours d'un cycle de 17 semaines au sein de l'une des CEV (compagnies d'engagés volontaires). Il s'agit notamment pour ces étrangers d'apprendre le français par le biais de la méthode « Képi blanc » autrefois et « Mauger » aujourd'hui. En binômes ou trinômes (en fonction du nombre de francophones), dont un francophone, les futurs légionnaires acquièrent les bases du français sans jamais recourir à leur langue maternelle.

    Après avoir rejoint leurs corps d'affectation, ils reviendront encore au « creuset de la Légion » pour y suivre éventuellement une formation de spécialiste (cuisinier, infirmier, transmetteur, informaticien, mécanicien, moniteur de sport, secrétaire, moniteur de conduite) à la CIS (compagnie d'instruction des spécialistes).

    Ensuite, au cours de leur premier contrat, ils reviendront effecuter la FGE (formation générale élémentaire) afin de gagner leurs galons de caporal et, pour les meilleurs, la FG1 (formation générale de 1er degré) qui leur ouvrira la carrière de sous-officier. Ces formations de cadres (de même que la formation de spécialiste 1er degré de combattant et le préparation de à la formation générale de 2e degré, sont effectuées à la CIC (compagnie d'instruction des cadres).

  • 1er régiment étranger de génie
  • Le 1er régiment étranger de génie (1er REG) est le régiment de génie combat de la 6e Brigade légère blindée. Il a été créé le 1er juillet 1984 sous la dénomination de 6e REG et rebaptisé 1er REG le 9 juillet 1999 à la création du 2e REG. Il est héritier du 6e REI, le Régiment du Levant.

    Il est stationné au quartier général Rollet à Laudun-l'Ardoise (Gard) depuis sa création.

    Le 1er REG est le régiment de génie de la 6e brigade légère blindée (6e BLB). Il remplit au profit de sa brigade des missions d'aide à la mobilité, de contre-mobilité, d'aide au déploiement et de participation à la sauvegarde. Il est en outre apte à effectuer des missions de participation directe au combat inter-armes et d'appui aux opérations spéciales.

  • 2e régiment étranger de génie
  • Le 2e régiment étranger de génie (2e REG) est le régiment de génie combat de la 27e brigade d'infanterie de montagne. Il a été créé en 1999. Il est un des héritiers des dix huit formations du génie de la Légion étrangère en Indochine et participe à la conservation du patrimoine indochinois du 5e REI, le « régiment du Tonkin ». Il fait partie des unités de génie militaire de l'armée française.

    Il est stationné, depuis sa création, au quartier Maréchal Koënig, basé sur le plateau d'Albion, sur la commune de Saint-Christol (Vaucluse), à l'emplacement de l'ancienne base des missiles nucléaires stratégiques (Base aérienne 200 Apt-Saint-Christol).

    Ses missions au sein de la 27e BIM sont l'appui à la mobilité (déminage, ouverture de passages, etc.), à la contre-mobilité (interdiction d'itinéraires, etc.) et au déploiement des unités de combat. La particularité de la brigade de montagne impose d'adapter les techniques à ce milieu exigeant et spécifique. Par ailleurs, le 2e REG expérimente la coopération interarmes au plus bas échelon afin d'apporter les savoir-faire du génie au contact, notamment dans le cadre du combat urbain

  • 2e régiment étranger d'infanterie
  • Le 2e régiment étranger d'infanterie (2e REI) est l'un des deux régiments d'infanterie de la 6e brigade légère blindée. Deuxième des régiments étrangers, il a été créé en 1841.

    Il est stationné au quartier colonel de Chabrières (ex quartier Vallongue) à Nîmes depuis son arrivée de Bonifacio en 1983.

    Régiment d'infanterie blindée, il dispose de 135 VAB (véhicules de l'avant blindé) et de VBL (véhicules blindés légers) assurant la protection de tous les légionnaires du régiment lors des engagements.

    Le 2e REI bénéficie d'une longue tradition de conflits et d'intervention. Ses derniers engagements, des Balkans à l'Afghanistan en passant par la Côte d'Ivoire et la République centrafricaine en font un régiment d'expérience.

    Depuis 2003, le régiment est un corps expérimentateur en matière de numérisation de l'espace de bataille (NEB). Cette nouvelle technologie consiste à équiper les véhicules, les postes de commandement ainsi que les unités débarquées, de terminaux tactiques (ordinateurs dédiés) reliés entre eux par radio. C'est un outil d'aide à la décision pour chaque échelon de commandement.

  • 3e régiment étranger d'infanterie
  • Le 3e régiment étranger d’infanterie (3e REI) est le régiment le plus décoré de la Légion étrangère. Il a été créé en 1920 et est héritier du régiment de marche de la Légion étrangère (RMLE).

    Il est stationné au quartier Commandant Forget, à Kourou en Guyane, depuis son arrivée de Diégo-Suarez (Madagascar) en 1973.

    Composé à la fois de légionnaires et d'unités du régime général, il est spécialisé dans le combat en forêt équatoriale. Sa principale mission est d'assurer la surveillance du CSG (Centre spatial guyanais) lors des lancements de fusées ; il est alors déployé tout autour du centre en protection du site.

    Le régiment joue aussi un rôle primordial dans le maintien de la souveraineté française au cours de missions de présence sur la frontière brésilienne ainsi que lors d'opérations visant à démanteler les sites d'orpaillage clandestins.

  • 13e demi-brigade de Légion étrangère
  • La 13e Demi-brigade de Légion étrangère (13e DBLE) est la seule unité interarmes de la Légion étrangère. Créée en 1940, elle fut une des premières unités constituées à rallier les Forces françaises libres (FFL). Des côtes de Norvège aux sables de Bir Hakeim, de l'Erythrée à l'Alsace, en passant par la Syrie et l'Italie, elle fut de toutes les campagnes de la Seconde Guerre mondiale.

    Elle est stationnée depuis 1962 au Quartier Général Monclar à Djibouti en vertu des accords de défense qui unissent la France à la République de Djibouti, indépendante depuis 1977.

    Comme toutes les unités outre-mer, la 13e DBLE est composée en partie de permanents et en partie d'unités en missions de courte durée (MCD de 4 mois). La particularité de la Phalange Magnifique, est que ses personnels en MCD sont presque tous issus de la Légion étrangère. Les grands espaces désertiques et les facilités de la coopération interarmées permettent un entraînement de qualité aux unités sur place. Elle peuvent ainsi s'aguerrir au combat en zone désertique.

  • Détachement de Légion étrangère de Mayotte
  • Le Détachement de Légion étrangère de Mayotte (DLEM) est la plus petite des unités de la Légion.

    En 1956, des éléments provenant du BLEM (Bataillon de Légion étrangère de Madagascar) s'installent sur les Comores, notamment à Mayotte. Le 3e REI arrive à Madagascar en 1962, venant d'Algérie. Lors du départ du 3e REI de Diégo-Suarez (Madagascar) le 2 août 1973, la 2ecompagnie devient DLEC (Détachement de la Légion étrangère des Comores).

    En 1975, lorsque trois îles des Comores accèdent à l'indépendance, le DLEC retire sa section de Grande Comore et devient DLEM (Détachement de Légion étrangère de Mayotte) stationné à Dzaoudzi, sur l'île de Mayotte, restée française.

    Le DLEM est dépositaire de l'étendard du 2e régiment étranger de cavalerie depuis 1984.

    Le DLEM, force de souveraineté dans l'océan Indien, peut être engagé seul ou servir de plate-forme pour faciliter l'engagement d'une unité extérieure.

    Il marque aussi la présence française sur les Îles Éparses, entre Madagascar et la côte africaine dans le Canal du Mozambique. Le DLEM y arme en permanence un poste sur les Îles Glorieuses.

    Il est stationné au Quartier Cabaribère sur l'îlot de Dzaoudzi à Mayotte depuis sa création en 1976.

  • Groupement du recrutement de la Légion étrangère (GRLE)
  • Le Groupement du recrutement de la Légion étrangère (GRLE) est une unité de l'armée de Terre française. C'est l'unité formant corps chargée du recrutement de la Légion étrangère.
  • Mémorial des guerres en Indochine
  • Mémorial des guerres en Indochine

    Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

    Entrée du mémorial des guerres en Indochine.
    Guerre-indochine-ossuaire-allee-memorial.jpg

    Le Mémorial des guerres d'Indochine à Fréjus a été inauguré le 16 février 1993 par M. Mitterrand, président de la République. Les rangs d’alvéoles ont reçu les ossements des 17 188 militaires identifiés. S’y ajoutent 62 corps de militaires provenant de la nécropole de Luynes où ils avaient été inhumés antérieurement à 1975. Dans la crypte, les restes mortels des 3 152 victimes inconnues reposent dans un ossuaire. À titre exceptionnel, 3 618 civils (dont 79 non identifiés).


Par william77160 - Communauté : william
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Archives

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

Communautés

Syndication

  • Flux RSS des articles

Rechercher

Profil

  • william77160
  • wwwwilliamperon.over-blog.com
  • j adore les histoires non resolue ancienne ou recente et je hais etre exploite surtout par ce qui sont audessus de nous pas de dessin a faire
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus